[Chronique] Le chant du troll – Pierre Bottero & Gilles Francescano

[Chronique] Le chant du troll – Pierre Bottero & Gilles Francescano

le chant du troll


– Psssst ! Est-ce que tu es prête ?
– Je ne sais pas de quoi tu parles. Prête pour quoi ?
– Le basculement a débuté…

Mon avis

Léna est une jeune fille que personne ne remarque. Que ce soit ses parents, ses camarades d’école, sa prof… C’est comme si personne ne la voyait. Mais rien ne va, chez Léna : ses parents se disputent, sa mère s’en va car son père passe beaucoup trop de temps (jour et nuit) sur son ordinateur à écrire une histoire, et la nature reprend ses droits sur la ville, des créatures imaginaires remplacent les êtres humains… Le basculement a commencé…
Il va être dur d’en dire plus sur Léna sans spoiler, vous devrez donc vous contenter d’un résumé assez vague sur le basculement et Léna pour cette fois-ci !

Qu’il est agréable de retrouver la plume de Pierre Bottero dans ce roman graphique ! Un titre posthume pour cette fois-ci également, car Bottero a laissé pas mal de ses écrits derrière lui. Le chant du troll ressemble sur certains points à l’histoire d’Ewilan, de La quête d’Ewilan : le basculement et le pas de côté se ressemblent et certaines créatures viennent tout droit du monde de Gwendalavir, entre autres.  Mais ce n’est pas déplaisant, et ce one-shot peut se lire indépendamment des aventures d’Ewilan.

C’est une histoire assez métaphorique, qui tourne autour de la maladie et de la mort et de comment il est perçu par les différentes personnes. L’histoire n’est pas complexe, et peut se lire dès 10 ans sans problème, les sujets comme la mort et la maladie étant traités en douceur et non brutalement, le lecteur a le temps d’absorber les informations et de se rendre compte ce qu’il en est.

Qui dit roman graphique, dit dessins, qui sont magnifiques ! Gilles Francescano a réussi à adapter l’histoire de Bottero dans des graphismes justes, très colorés avec des tons pastels par moments. Les dessins s’harmonisent avec le texte, et donnent une ambiance très onirique au livre. La végétation qui empiète sur la ville est extrêmement bien rendue et chaque planche a bénéficié d’un travail de haute qualité. Les personnages sont très bien travaillés et sont magnifiques.

En bref, c’est un coup de cœur pour moi !

Partager cet article, c'est contribuer à l'élevage de livres sauvages libres et heureux :

Articles pouvant vous intéresser...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.