[Chronique] Blood Lad, Volume 1 – Yûki Kodama

[Chronique] Blood Lad, Volume 1 – Yûki Kodama

bloodlad 1


Loups-garous, zombies et autres créatures de la nuit ont toujours inspiré la terreur aux humains. Staz est un vampire, un vrai caïd qui règne sans partage sur un des quartiers des enfers. Mais plutôt que de jouer au suceur de sang, il préfère squatter sa console et collectionner les mangas. C’est un véritable Otaku, fan de la culture nippone ! Alors quand une jeune japonaise égarée débarque sur son territoire, il n’a plus qu’une idée en tête : en faire la pièce maîtresse de sa collection !

Mon avis

Staz, vampire et boss de son état, règne sur un quartier des enfers. Mais tout ce qui l’intéresse en réalité,c’est la culture nippone : mangas, jeux-vidéos, goodies, animes… Bref, un véritable otak’ ! La vie était simple pour notre vampire : protéger son territoire de ceux qui voudraient mettre la main dessus et passer son temps dans son appartement qui est un véritable temple de la culture japonaise. Mais son quotidien est chamboulé par l’arrivée d’une humaine dans son quartier, qui se révèle être une élève japonaise ! Alors que Staz la voit déjà comme un objet de sa collection, la jeune fille meurt et devient un fantôme. Le boss se met en tête de la ressusciter pour boire son sang et faire d’elle la pièce maîtresse de sa collection…

blood lad illuLe vampire est un thème surexploité dans les livres, films et séries de ces cinq dernières années. Mais là où Blood Lad se démarque de ses prédécesseurs, c’est par son thème original du vampire geek qui ne jure que par le Japon et non par le sang et la lycéenne du coin. C’est un manga où l’on ne s’ennuie pas un seul instant, tant il se passe toujours quelque chose. L’humour plane sur ce premier tome, grâce aux interactions entre Staz et Fuyumi, l’humaine, car il est toujours prêt à tout faire avec tout la bonne volonté du monde, même s’il est à côté de la plaque (comme vouloir ressusciter Fuyumi avec… Les sept boules de cristal !), tandis qu’elle est beaucoup plus terre-à-terre et réaliste. Mais les autres personnages ne sont pas en reste, c’est un shonen léger, en somme !

Et qui dit shonen, dit action, avec quelque scènes de bagarre dynamiques et joliment rendues, cassant avec le côté léger du manga. Staz reste un vampire, avec la force qui va avec…

Côté graphisme, c’est un travail de qualité. Les personnages sont bien travaillés et gardent leurs proportions d’une case à l’autre, cases dont le découpage est fluide, rendant la lecture assez rapide. Le même soin a été accordé aux décors et aux personnages secondaires, qui sont aussi bien rendus que les expressions, qui elle ne tombent pas dans l’excès malgré le côté léger assumé de Blood Lad.

L’univers de Yûki Kodama est haut en couleurs, on y croise tout un bestiaire assez bien fourni pour un début : vampire, fantôme, mime, géant, loup-garou, Saty et sa loutre qui ont le don de clairvoyance, ou encore les homme-poulets de la société de transport Basse-Cours & Co., bref on découvre du beau monde, et ce n’est que le premier tome, alors que nous réserve Kodama pour la suite ? Je l’espère, que du bon…

Sinon, j’ai rencontré Yûki Kodama au salon du livre de Paris, le 21 mars 2015 🙂

dédicace bloodlad

Partager cet article, c'est contribuer à l'élevage de livres sauvages libres et heureux :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *