[Chronique] Blacksad : Quelque part entre les ombres – Juan Diaz Canales & Juanjo Guarnido

[Chronique] Blacksad : Quelque part entre les ombres – Juan Diaz Canales & Juanjo Guarnido

blacksad


« Parfois, quand j’entre dans mon bureau, j’ai l’impression de marcher dans les ruines d’une ancienne civilisation. Non à cause du désordre qui y règne, mais parce que certainement cela ressemble aux vestiges de l’être civilisé que je fus jadis ».

Ainsi parle Blacksad, détective privé aux méthodes musclés, mais à la sensibilité à fleur de peau. Il aimerait bien être plus guilleret, l’animal, mais la dépression le ronge, et pour une juste cause : Natalia Wilford, actrice à succès et ancien amour encore si présent, vient de se faire cruellement assassiner. Blacksad va donc, en dépis des conseils du commissaire Smirnov, tenter d’élucider la mort de son ancienne compagne afin de retrouver la paix.

Mais l’enquête est bien loin d’être aisée pour notre héros, qui se lance dans un combat dont l’opposant peut être bien plus puissant qu’il ne le soupçonne…

Mon avis

Blacksad fût une très belle découverte, j’ai été attirée par son style graphique dès le début. En effet, les personnages ont des têtes d’animaux qui met en valeur leur caractère, sans dénaturer le côté sombre et adulte de cette BD polar, qui nous plonge dans ce qui pourrait être New York dans les années 50. C’est un style graphique que j’ai du mal à retrouver dans les bandes-dessinées d’aujourd’hui.

Cette histoire commence fort. D’entré de jeu, l’auteur nous accueilles avec le meurtre d’une actrice, Natalia, qui est aussi l’ex de notre héros. On suivra ce dernier dans son enquête, qui à l’air simple du premier abord mais qui n’aborde rien de trop complexe. Nous irons de rebondissements en rebondissements, et de belles surprises tomberont de temps en temps. La corruption va être pour ainsi dire, le credo de cette enquête.

J’ai beaucoup aimé le style des personnages. Leurs sentiments se voient, comme sur les animaux. Par exemple, notre héros se comporte parfaitement comme un chat quand il est en colère : oreilles baissées, dents ressorties. Les expressions sont très bien représentées, ce qui fait le charme de cette lecture.

J’ai hâte de pouvoir acheter la suite, qui semble tout autant prometteuse que ce premier tome!

Partager cet article, c'est contribuer à l'élevage de livres sauvages libres et heureux :

2 réactions au sujet de « [Chronique] Blacksad : Quelque part entre les ombres – Juan Diaz Canales & Juanjo Guarnido »

    1. Je l’ai lue il y a 3 ans (déménagement de blog ^^) et je n’ai jamais continué, va savoir pourquoi. Du coup je l’ai remonté dans ma wishlist 😜

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *