[Chronique] Barracuda, Volume 1 : Esclaves – Jean Dufaux & Jérémy

[Chronique] Barracuda, Volume 1 : Esclaves – Jean Dufaux & Jérémy

barracuda 1


A bord du Barracuda, les hommes de Blackdog affûtent lames et grappins en vue d’un abordage juteux ! La routine pour Raffy, le fils de Blackdog, qui a déjà fait couler beaucoup de son sang pour son jeune âge. Pour Emilio et Maria, jeunes nobles espagnols, le choc est plus brutal. Vendus comme esclaves à Puerto Blanco, ils se font en outre dérober la carte qui mène au diamant du Kashar, le plus gros du monde, connu pour n’avoir jamais entraîné que mort et désolation dans son sillage ! Il en faut plus pour décourager les pirates du Barracuda, qui savent que butin rime souvent avec destin…

Mon avis

Il faut savoir pour commencer, que pour cette saga déclinée en trois tomes, l’auteur a décidé de privilégier les passages à terre plutôt qu’en mer. Pour les fans de la piraterie pure et dure en mer, avec des abordages et tout ce qui s’en suit, vous n’aurez droit qu’à tout ça juste le temps des 5 premières pages environ. Le reste du temps, nous verrons nos personnages évoluer sur l’île des pirates :  Puerto Blanco.

L’histoire est simple, vraiment simple : on assiste à l’abordage d’un des navires des espagnols par l’équipage du Barracuda, du massacre total des personnes présente, en dehors cinq personnes. L’un, De La Loya, est laissé dans une barque, Dona Scuebo et sa fille (nous apprenons que vers la fin de ce premier tome, qu’elle se nomme Maria), gardées pour être revendues comme esclaves, Emilio, déguisé en femme et devient donc Emilia, et un moine espagnol. Comme ce n’est pas indiqué dans l’histoire, je présume que le moine était présent pour enterrer le mari de Dona. Quant à Emilio/Emilia… Nous n’en savons rien. Nous ne resterons pas bien longtemps sur l’équipage du Barracuda, étant donné qu’ils partent à la recherche du Diamant du Kashar, et que nous les suivrons pas. Les seules personnes que l’on suivra seront Maria, Emilio/Emilia, et Raffy, le fils de Blackdog, le Capitaine du Barracuda.
En dehors de la vente des trois  »femmes », et ce qu’elles deviennent, nous n’en verront pas plus. Je m’attendais à ce que l’on avance un peu dans l’histoire, mais même sur le passage où Maria Emilio/Emilia et Dona sont emmenées chez leurs acheteurs, on avance pas du tout. Seul les dessins rattrapent ce premier tome.

A la fin de la BD, j’ai eu envie de laisser une chance à l’histoire, et lire la suite pour voir si on avance un peu plus… Ne restons pas sur une première déception ^^

Partager cet article, c'est contribuer à l'élevage de livres sauvages libres et heureux :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *