[Chronique] A un fil – Rainbow Rowell

[Chronique] A un fil – Rainbow Rowell

A un fil

  • Éditeur : Milady (2015)
  • Pages : 413
  • Genre : Romance
  • Prix : 18.20€
  • Acheter À un Fil

Georgie est au trente-sixième dessous : cela faisait des années que son mariage battait de l’aile, mais cette fois, c’est la fin. Alors que son mari est parti passer Noël avec ses enfants dans le Nebraska, elle reste seule à Los Angeles, car elle a pris la fâcheuse habitude de faire passer sa carrière avant sa famille. C’est alors qu’elle tombe sur un vieux téléphone jaune à cadran rotatif. Contre toute attente, cette antiquité va lui permettre de faire un bond de quinze ans en arrière et de communiquer avec Neal dans le passé. N’est-ce pas l’occasion rêvée pour résoudre leurs désaccords et retomber amoureux comme au premier jour ?

Merci aux éditions Milady et Babelio pour cette lecture !

Mon avis

Georgie et Neal sont mariés depuis 17 ans et ont deux petites filles, Alice et Noomi. La vie suivait son cour : Neal, père au foyer et au petit soin avec ses filles et Georgie, qui fait passer son travail avant sa famille. Noël est pour bientôt et la petite famille doit se rendre chez la mère de Neal, à Omaha, pour passer les fêtes. Mais Georgie fait une fois de plus passer le boulot avant sa famille. Neal, excédé, part avec ses filles à Omaha en abandonnant sa femme.
Georgie pense qu’ils se sont quittés, et que tout est fini. Pendant que sa famille est loin d’elle, elle retourne vivre chez sa mère et redécouvre son petit téléphone jaune. Avec lui, elle appelle le Neal du passé, celui de 1998, à la période où lui a tout plaqué et a traversé le pays pour la demander en mariage…

Nous allons donc suivre l’introspection de Georgie sur sa vie avec Neal : qu’est ce qu’elle a raté, ses qualités, ses défauts, mais aussi sa rencontre avec Neal et comment ils ont construit leur vie en couple, puis avec Alice et Noomi. Georgie va se remettre en question et commencer à évoquer quelques éventualités : Et si Neal ne l’avait pas demandée en mariage? Et s’il avait vécu une vie sans elle, sans enfants, à tout simplement réaliser ses rêves? En bref, c’est un énorme travail sur elle-même qui nous est présenté.

Et ce travail se fait en appelant le Neal du passé, celui de 1998, grâce au petit téléphone jaune : la part de fantastique de l’histoire. Et quand Georgie essaye de le convaincre de ne pas gâcher sa vie avec elle, lui la contredit et la rassure, lui rappelant leur amour. Le téléphone jaune prend une part très importante dans l’histoire, car Georgie va en devenir limite complètement dépendante et se focalisera dessus au détriment de son travail, en espérant sauver son couple, Neal, et elle-même.

C’est un vrai plaisir de découvrir Rainbow Rowell dans une romance plus mature que Fangirl – qui avait été un coup de cœur -, mais qui reste toujours bourré de références, cette fois-ci plus axées sur le monde du petit écran américain, et l’humour de l’auteure qui reste toujours agréable. A un fil est un roman qui se lit assez rapidement, je n’ai pas vu le temps passer car c’est un véritable page-turner. J’en ressort satisfaite, bien que ce ne soit pas un coup de cœur pour celui-ci, l’auteur ayant réussi à jouer avec mes émotions jusqu’au bout du roman, me tenant en haleine jusqu’à la dernière page.

En bref, une réussite !

Partager cet article, c'est contribuer à l'élevage de livres sauvages libres et heureux :

Articles pouvant vous intéresser...

2 réactions au sujet de « [Chronique] A un fil – Rainbow Rowell »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.