[Chronique] A la croisée des mondes : La tour des anges – Philipp Pullman

[Chronique] A la croisée des mondes : La tour des anges – Philipp Pullman

a la croisée des mondes 2


Ayant franchi le pont entre les mondes édifié par Lord Asriel, son père, l’intrépide Lyra se retrouve dans la cité de Cittàgazze, la ville au-delà de l’aurore, où des spectres mangeurs d’âmes rôdent dans les rues, où les lointains battements d’ailes des anges résonnent au-dessus d’une mystérieuse tour. Mais Lyra n’est pas sans allié. Car le jeune Will Parry, à la recherche de son père disparu depuis de longues années, a également pénétré dans cet étrange royaume par une porte magique. Ensemble, Lyra et Will vont entamer un périlleux voyage à travers les dimensions, et découvrir un secret mortel: un objet d’une puissance extraordinaire et dévastatrice. Mais à chaque étape de leur périple, ils se rapprocheront d’un danger plus funeste encore – et de l’incroyable vérité sur leur propre destinée…

 

Mon avis

Ma lecture du premier tome de cette saga avait été laborieuse et c’est à reculons que je me suis attaquée au deuxième, n’en attendant pas trop mais espérant tout de même une amélioration dans le style d’écriture de l’auteur, mais aussi sur le personnage de Lyra. Mes attentes ont-elles été comblées ? Oui et non.

Nous retrouvons Lyra dans le nouveau monde, Cittàgazze, où elle rencontrera Will, un jeune homme sans daemon qui a atterri ici pour fuir des personnes de son monde à lui, un Oxford ressemblant à s’y méprendre à celui de Lyra, dont la technologie est équivalente à la nôtre. Il cherche son père, un explorateur qui a disparu il y a de cela plusieurs années…

Cittàgazze est une ville sans adultes. Seuls les enfants habitent ici à cause des Spectres, des créatures qui se nourrissent uniquement des adultes, les changeant en créatures mi-mortes, mi-vivantes qui ne s’intéressent plus à rien. C’est dans ce monde que Lyra et Will trouveront refuge et chercheront des solutions à leurs problèmes respectifs.

Dans le dernier tome, nous découvrions que Lord Asriel était en vérité le père de Lyra, que Mme Coulter était sa mère et que tous les deux sont complètement fous. En effet, quand on cherche à lancer une guerre contre Dieu, on ne doit pas vraiment être sain d’esprit, mais ce n’est que mon avis. Enfin tout le monde semble croire que ça peut marcher, donc tous les anges et autres créatures se joignent à Lord Asriel et les sorcières vont devoir tenir une réunion pour savoir si oui ou non, elles aussi rejoindront la bataille…

Enfin, enfin ce tome n’est pas uniquement axé sur Lyra ! Même, petit moment de joie, Will la remet à sa place et pour la première fois de sa vie elle va participer aux tâches ménagères ! Ses aventures l’ont faite grandir, à l’instar de son daemon qui mérite aussi une petite prise de maturité au passage, espérons-le pour le dernier tome. D’ailleurs, une chose me chiffonne. L’aspect pratique d’un daemon est que du moment que son propriétaire n’a pas atteint la puberté, il peut changer d’apparence à volonté, sans limite de taille. Alors, pourquoi Pantalaimon ne se transforme pas en cheval pour aller plus vite quand Lyra et Will doivent parcourir de très longues distances au lieu de s’amuser à se transformer en cochon, chèvre et sauterelle ? Rien que pour l’aspect pratique, le voyage serait plus cours pour eux.

Philip Pullman a changé de style d’écriture et c’est franchement agréable comparé au premier tome qui était plutôt un calvaire à lire. Ce n’est pas encore ça, mais on s’approche plus d’une lecture fluide qui donne envie d’y revenir. Par contre, je ne sais pas ce que l’auteur a avec les fins de ses romans… Dans le premier, il se terminait sur Lyra qui rentre dans le nouveau monde et je me suis faite la remarque si je n’étais pas au courant qu’il y avait une suite, je ne l’aurais jamais devinée. Ici, le tome se termine en plein dans un moment crucial de l’histoire, comme ça. C’est comme si je m’étais arrêté dans cet avis à  »Par contre, je ne sais pas ce que l’auteur a avec les fins de ses romans… », et paf, fin, à la prochaine. Néanmoins, cette fin donne envie de lire la suite vu qu’on s’arrête dans un moment important.

En bref, du mieux, mais ce n’est pas encore ça. La suite ne peut qu’être meilleure, du moins je croise les doigts !

En lecture commune avec ma partenaire bloguesque, Diary of Book Reader

Partager cet article, c'est contribuer à l'élevage de livres sauvages libres et heureux :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *