[Chronique] 50 francs pour tout – Davy Mourier

[Chronique] 50 francs pour tout – Davy Mourier

50 francs pour tout


L’adolescence: Dur moment où on prend conscience de l’existence des autres… Et aussi qu’ils en ont rien à foutre qu’on existe.

 

Mon avis

C’est la deuxième bande-dessinée de Davy Mourier que je lis, et celle-ci est un peu une suite de 41€ pour une poignée de psychotropes. Dès ma première lecture, je ne l’est pas considéré comme une suite, et l’auteur lui même nous accueille avec un

ceci n’est pas une suite, c’est du refoulement

Avec ce tome, nous remontons là où Davy n’a pas voulu aller avec 41€ : l’adolescence. Cette période où l’on découvre l’amour, le sexe, les joies comme les déceptions. Bien entendu, tout reste en lien avec « Elle », son ex. Et toujours ses roadstrips de 3 cases voir plus du passage chez le psy, dont certaines ont été faites par des lecteurs du précédent tome.  Elles sont toujours à voir sur le site de l’auteur, Badstrip.

C’est toujours aussi sur fond d’images de Ulysse 31, Skeletor et Capitaine Flam, pour ne citer qu’eux, que notre histoire avance.  Avec ses photos, ses dessins et autres post-it, on retrouve le côté « journal intime» toujours aussi bien travaillé.

Le format reste le même, le cahier spirale taché par endroits. Cependant, je réserve 50 francs pour un public averti, à la vue des dessins de femmes nues. C’est pas grand chose, mais ça pourrait bien choquer les plus jeunes ^^

50 francs pour tout reste dans la même veine que le précèdent tome : drôle et triste à la fois, il se laisse relire à volonté.

Partager cet article, c'est contribuer à l'élevage de livres sauvages libres et heureux :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *