[Chronique] 10 count, Volume 2 – Rihito Takarai

[Chronique] 10 count, Volume 2 – Rihito Takarai

10 count 2


Kurose a brusquement mis fin aux séances alors que Shirotani commençait à lui faire confiance. Choqué ce dernier refuse de sortir de chez lui. Kurose lui envoie alors un message.
Kurose a-t-il compris ce que Shirotani cache tout au fond de lui ? La relation entre le psychologue peu sympathique et le secrétaire mysophobe prend une autre tournure.

Mon avis

Kurose annonce à Shirotani qu’il ne souhaite mettre un peu de distance, et ainsi faire une pause dans leurs séances. Choqué par cette décision, Shirotani se coupe du monde extérieur et ne se rend plus sur son lieu de travail. Inquiet, son collègue Mikami tente de joindre le psychiatre pour essayer de faire revenir son collègue à la raison, sans savoir que cela allait définitivement changer la relation des deux hommes…

Et oui, la relation entre Shirotani et Kurose va connaitre de sacrés changements ! Le psychiatre revient, mais refuse de garder ses sentiments pour lui et les exposent à son malade, qui va s’en retrouver troublé. Cela aurait pu en rester là, mais Kurose va plus loin et impose des contacts physiques à Shirotani, oubliant sa maladie… Et la notion de consentement ne devient qu’une limite floue qui n’est plus respectée, ce qui m’a surprise étant donné que Rihito Takarai n’est jamais allée jusque là. Bien sûr que Shirotani a aimé ça, mais il ne le voulait pas.

C’est discutable, d’une ça va trop vite, le premier tome présentait les prémices d’une romance entre un homme très atteint qui ne pouvait même pas serrer la main des autres et un psychiatre neurasthénique, le second est carrément sexuel. Et de deux, la méthode de Kurose – alors qu’il est psychiatre – n’est vraiment pas là pour aider son patient. On lâche totalement le côté psychologique qui m’avait beaucoup plu dans le premier tome. C’est dommage, d’autant plus que d’habitude j’adore regarder ces scènes intimes, elles sont toujours très sensuelles et très plaisantes à regarder, mais cette fois-ci elles m’ont plus gênée qu’autre chose avec ce contexte.

En bref, ce deuxième tome va beaucoup trop vite et je suis dérangée par cette absence de consentement. Je continuerais tout de même la série, avec l’espoir de retrouver une relation plus saine par la suite.

Edit du transfert de blog, juin 2016 : Après confirmation auprès de lecteurs, la suite est toujours marquée par cette absence de consentement. Ce sera donc sans moi, malheureusement.

Partager cet article, c'est contribuer à l'élevage de livres sauvages libres et heureux :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *