[Chronique] 10 Count, Volume 1 – Rihito Takarai

[Chronique] 10 Count, Volume 1 – Rihito Takarai

10 count 1


Shirotani est atteint de mysophobie : il a une peur panique de la saleté, refuse tout contact physique avec autrui, se lave les mains à se faire saigner… Sa vie entière tourne autour cette obsession de propreté jusqu’au jour où il fait la connaissance de Kurose, un psychiatre qui lui propose son aide pour guérir… Cette rencontre marque le début d’une relation entre les deux jeunes gens qui dépasse le cadre psychiatre/patient…

Mon avis

Shirotani est mysophobe, il a une peur de la saleté très tenace, surtout des microbes invisibles. Il refuse tout contact physique, et il ne peut pas s’empêcher de désinfecter ses affaires si quelqu’un y touche. Tout sa vie tourne autour de de sa maladie. Jusqu’au jour où il va faire la connaissance de Kurose, un psychiatre qui lui propose de guérir avec une liste de dix choses qu’il ne pourrait jamais faire à cause de sa maladie… 10 count.

Tout d’abord, c’est la couverture qui m’a poussée à acheter ce premier tome. En même temps, comment résister? Elle en montre peu – mais tout à la fois (les gants, le masque…), et est simple, claire. Du coup, sans lire le résumé, je me suis jetée dessus ! Et qu’est ce que j’ai bien fait…

Mais vous me direz, comment faire un yaoï si le personnage principal refuse de toucher qui/quoi que ce soit? Et bien, tout l’intérêt de la chose est là, Kurose doit le soigner si il veut que leur relation évolue à autre chose qu’une relation amicale, non?  C’est donc la reconstruction psychologique de Shirotani que l’on suit à travers ce premier tome et  comment la maladie impacte sa vie.

Et surtout, nous voyons le début d’une romance qui se construit, même si nos antagonistes n’en sont qu’à la simple relation amicale et psy/patient. J’ai hâte de voir comment leur relation va évoluer, comment Kurose et Shirotani vont composer avec la mysophobie dans leur vie à eux !

Côté graphismes, c’est d’une perfection ! Le trait est fin, les dessins sont appréciables et les décors sont magnifiques, suffisamment détaillés mais pas trop ! On peut juste reprocher un petit manque d’expressivité aux personnages, mais rien de plus. Le découpage des cases est correct, tout dans la fluidité et les personnages sont suffisamment détaillés, à l’image de la couverture.

En bref, un premier tome d’une saga prometteuse, que tout fan de yaoï se doit de suivre !

Partager cet article, c'est contribuer à l'élevage de livres sauvages libres et heureux :

2 réactions au sujet de « [Chronique] 10 Count, Volume 1 – Rihito Takarai »

  1. Je rejoins ton avis. Les dessins sont d’une perfection scandaleuse. Ils sont de toute beauté et j’ai passé un long moment dessus juste pour le plaisir de les admirer de tous les côtés. L’histoire est franchement bien trouvée et tournée. Elle s’installe calmement.

    1. Dommage que dans la suite le consentement ne soit pas respecté, ça ne m’a pas donné envie de lire au delà du tome 2 (ou 3 ? Je ne sais plus)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *